Citoyenneté, Mobilisation

La criminalité et la violence dans les favelas brésiliennes

Mobilisation contre la criminalité et la violence dans les favelas brésiliennes

Le Brésil fait partie aujourd’hui des pays en développement dans le monde. Il est un membre du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et est un géant géographique mais aussi économique.

Le Brésil est un pays vaste par sa superficie. En Amérique Latine, il occupe la plus grande superficie avec 8,5 millions de km². Il est aussi le plus peuplé avec 195 millions d’habitants et se positionne en dixième puissance économique au niveau mondial et première puissance en Amérique du Sud. Son taux de croissance moyen a dépassé plusieurs fois 5% depuis 2004.

Cependant, c’est l’un des pays qui est le plus victime d’inégalités sociales malgré sa puissance économique. Il fait partie des pays les plus inégalitaires au monde. Son expansion économique ne s’est pas avérée suffisante pour combler les problèmes sociétaux. Nous pouvons l’entrevoir au niveau des favelas et au taux de criminalité et de violence qui caractérisent ces bas quartiers oubliés par le gouvernement.

La vie dans les favelas

La vie dans les favelas est le quotidien de presque tous les Brésiliens. Environ un million sur les six que compte la ville de Rio de Janeiro vivent dans des bidonvilles. Elles sont plus nombreuses dans la ville de São Paulo, avec 23,2% de bidonvilles contre 19,1% pour la ville de Rio de Janeiro. Une preuve que les favelas sont hélas une réalité. Entre violences et trafics, le quotidien des habitants de ces endroits se résume au bruit des balles et des altercations entre trafiquants et policiers.

D’ailleurs, les autorités sont connues pour leur façon de contre-attaquer ces favelas. Elles le font d’une manière agressive. Une police agressive dont l’autorité a été mesurée par rapport  au nombre de criminels abattus.

Un exemple plus récent est celui de deux meurtres survenus accidentellement, le vendredi 4 juillet dernier, et qui a entraîné la mort d’une vielle dame, Marlene Maria da Conceição, 76 ans, et celle de sa fille Ana Christina Conceição, 42 ans, abattues toutes les deux par des balles perdues lors d’une altercation entre policiers et narcotrafiquants.

De ce fait, la manière dont la police procède est très critiquée dans la mesure où beaucoup de civils sont victimes de cette agressivité.

La méthode de l’agressivité n’étant pas la bonne, une autre solution a été lancée au sein des unités de police. Une méthode pacificatrice caractérisée par la mise en place de l’UPP (Unité de Police Pacificatrice). Son rôle consiste justement à créer un lien entre la police et la population.

Pacification par la culture de la paix

Suite à des violences répétitives qui ont lieu dans les favelas, le gouvernement a mis en place une unité de police pacificatrice qui aurait pour but la réduction des violences au sein des favelas. En effet, les narcotrafiquants et les criminels siègent dans les favelas et ils en ont fait leur lieu de commerce. Des civils innocents vivant dans ces favelas y perdent la vie du fait des multiples affrontements entre policiers et criminels.

Ce processus a été lancé en 2008, quelques années avant l’arrivée de la Coupe du monde de football de 2014 et des Jeux Olympiques de 2016. Le but principal, avant tout, est la répression et la diminution des violences, mais également l’organisation de ces deux événements internationaux dans un environnement stable. Faire aussi en sorte que cette UPP fonctionne à long terme.

Cependant, le cours des événements a reflété une toute autre réalité. Le processus a eu ses côtés positifs, mais aussi des cotés négatifs à remédier.

En effet, l’intervention de cette unité de police s’est s’avéré efficace à ses débuts, car elle a réussi à diminuer le taux de criminalité dans ces bidonvilles. Les statistiques de l’Institut de sécurité publique (ISP) révèlent une baisse de 76% entre 2007 et 2015 en ce qui concerne les homicides volontaires et de 87,8% pour ce qui est des personnes victimes lors des affrontements avec la police.

L’UPP a également bénéficié de cours sur les droits de l’homme et d’une initiative d’intégration afin de pouvoir créer un climat de confiance avec la population.

Cependant, cette police a fait l’objet de plusieurs critiques basées sur ses violences et sa façon de faire, ainsi que sur son contrôle exagéré sur la population. La critique repose également sur l’abandon du processus après la Coupe du monde de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016.A la fin de ces grands événements, les violences ont resurgit dans ces favelas et les affrontements ont repris entre délinquants et l’Unité de Police Pacificatrice. En raison de la faible efficacité du projet de pacification, une réduction des unités de police a été envisagée.

On se rend bien compte que le problème de la société brésilienne repose plus sur des problèmes sociaux et des inégalités. Les jeunes des quartiers défavorisés grandissent dans un climat d’inégalité où vendre de la drogue pour s’en sortir est devenu plus que normal. Bien que l’UPP a pu contribuer à la réduction de la criminalité pendant une certaine période, l’objectif de maintenir cette unité dans le long terme n’a par contre pas était atteint.

Le gouvernement, pour régler ces inégalités et ces violences, doit s’attaquer aux problèmes à toutes les échelles et sur tous les plans, économiques, sociaux, etc.

La solution adéquate serait d’occuper les enfants et les jeunes des quartiers défavorisés grâce à des activités scolaires et extrascolaires, dans le but de leur offrir un avenir ; faire en sorte qu’ils ne pensent pas à dealer pour s’en sortir. Ne pas laisser la jeunesse penser à la drogue dont la cocaïne. Et surtout, ne pas penser que l’UPP réglera tous les problèmes, car cette police repousse les criminels mais ne les évince pas pour autant, la preuve est là, aujourd’hui cette police est pratiquement inefficace.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s